La 5G, moins coûteuse en énergie

L’alliance pour les réseaux mobiles de prochaine génération (NGMN) estimait en 2015 que « la 5G devra supporter dans les dix prochaines années une augmentation de trafic de données d’un facteur 1000, avec une consommation énergétique réduite de moitié par rapport à ce que les réseaux consomment aujourd’hui. » Soit une amélioration de l’efficacité énergétique des réseaux mobiles d’un facteur 2000 !

La piste suivie par les projets de recherche ANR Trimaran et Spatial Modulation pilotés par Orange et associant Thales, Atos, l’Institut Langevin, le CNRS, l’ESPCI Paris, l’INSA Rennes, l’IETR et IMT Atlantique (anciennement Télécom Bretagne et Mines Nantes), est le principe de focalisation des communications.

Cela correspond à l’envoi de l’onde depuis l’antenne non dans toutes les directions (comme actuellement), mais uniquement dans la direction du récepteur. En novembre 2016, Trimaran recevait le prix « Impact économique » lors des rencontres ANR du numérique.

La technologie utilisée est celle du retournement temporel. « L’idée est d’exploiter une propriété mathématique : une solution aux équations d’onde est correcte, que la valeur du temps soit positive ou négative » présente Patrice Pajusco, chercheur en télécommunications à IMT Atlantique. Il détaille au travers d’une illustration : « Prenons une goutte d’eau. Si nous la faisons tomber sur un lac, elle créera une onde qui se propagera vers les rives. Et bien si nous reproduisons ce même front d’onde depuis les rives, nous pouvons créer une onde qui va converger vers le point du lac où la goutte d’eau serait tombée. Les mêmes phénomènes vont se reproduire de nouveau à la surface du lac, mais avec une valeur du temps inversée. »

 

 

-> En savoir plus sur les recherches en 5G sur le blog de l’IMT Atlantique

-> Découvrir le Mastère Spécialisé Radio-Mobiles, IoT et 5G