S’ouvrir à l’international pour progresser

Près d’un ingénieur sur six travaille à l’étranger et l’exposition internationale a un impact très positif sur le niveau de rémunération, avec un salaire moyen près de 50% plus élevé pour les expatriés que pour les salariés restés en France[1].

Mais il n’est pas nécessaire de s’expatrier pour bénéficier d’une exposition internationale et de nombreux cadres supérieurs en France sont amenés à participer à des projets internationaux, à voyager, et à échanger régulièrement en anglais ou dans une autre langue européenne avec des collègues, des partenaires, des clients ou des fournisseurs.

Choisir un diplôme reconnu à l’étranger

Cette ouverture internationale est facilitée si l’on possède un diplôme de qualité et reconnu. Ainsi plus de 40% des diplômés du Mastère Spécialisé Management des Systèmes d’Information, formation conjointe de Télécom ParsiTech et l’ESSEC, occupent un poste avec une ouverture internationale[2].

Ce Mastère Spécialisé, qui dure 15 mois en alternance, permet de s’orienter vers plusieurs métiers liés aux systèmes d’information : directeur ou responsable des systèmes d’information, consultant, urbaniste ou architecte des systèmes d’information, chef de projet, auditeur, ingénieur d’affaires, … tout en combinant formation et expérience professionnelle.

Selon Nicolas, diplômé en 2015, « l’un des intérêts de cette formation est  de bénéficier de deux écoles très renommées, à la fois en France et hors de France. On peut facilement trouver des emplois à l’international notamment en gestion de projet. L’un des meilleurs souvenirs que j’ai de ce Mastère est le voyage d’études à Munich. Nous avons visité Intel, Allianz, Nokia, à la fois les locaux et les data centers. »

Sara, diplômée en 2016 du Mastère Spécialisé Management des Systèmes d’Information, a de son côté beaucoup apprécié le voyage d’étude à Copenhague, avec la visite de SAP, de la banque danoise et de startups : « On a pu développer des connaissances sur la culture du pays et aussi on a dû organiser le voyage ! »

L’importance des réseaux d’anciens

Le réseau des anciens des deux grandes écoles est lui-même très international, avec par exemple une présence de l’association des anciens de l’ESSEC dans plus de 60 pays sur les 5 continents, ce qui permet de faciliter le networking et d’asseoir la réputation en dehors des frontières.

Pour booster sa carrière et lui donner un virage international, faire le choix d’une formation transverse réalisée par deux grandes écoles prestigieuses, reconnues à la fois en France et à l’international, facilite véritablement l’acès vers des postes intéressants et évolutifs.

[1] Les Echos Start, 30/06/2016
[2] Etude interne Télécom ParisTech sur 4 promotions de diplômés, mars 2015