La transformation numérique : une révolution « positive »

Selon une étude de Julhiet Sterwen et l’Ifop, la transformation numérique est vécue par les salariés comme une révolution « positive », car elle rend souvent le travail plus facile. Mais la plupart reconnaissent également que cette transformation est loin d’être terminée et nécessite encore de faire évoluer les organisations, leurs processus ainsi que la manière de travailler et de manager pour devenir pleinement une « Digital Workplace ».

L’organisation et les ressources humaines indispensables à la réussite de la transformation digitale

« Prise sous l’angle technologique uniquement, la Digital Workplace ne peut être qu’un échec » explique explique Marc Sabatier, Président de julhiet sterwen. « Bien sûr il y a une dimension technologique mais ce point seul ne suffit pas à transformer la manière dont on travaille, dont on se comporte et dont on vit ensemble au travail. La Digital Workplace est bien la résultante d’un travail conjoint et coordonné sur les trois dimensions que sont la technologie, l’organisation et ses ressources humaines ». Cette évolution touche en effet tous les salariés d’une entreprise :

  • 53% des collaborateurs ont le sentiment de vivre une révolution avec la transformation numérique,
  • 63% des managers ont la même impression
  • Ce bouleversement est perçu de façon plutôt positive, à la fois pour les salariés (68% positifs) et pour l’entreprise (74%)

L’équipement IT n’est pas une fin en soi, mais doit s’inscrire dans une dimension organisationnelle. Au-delà de l’aspect «technologique» (l’usage de nouveaux équipements et de nouveaux logiciels), les collaborateurs perçoivent dans la transformation numérique l’occasion de développer :

  • de nouvelles façons de travailler (47% des salariés)
  • de nouvelles compétences (38% au total, 46% pour les managers).

Un travail facilité, mais des rythmes qui s’accélèrent et une charge de travail qui s’alourdit

Indéniablement, la transformation numérique facilite les tâches :

  • des interactions plus simples (80% collaborateurs / 90% managers),
  • un gain de temps (80% / 87%)
  • plus d’efficacité (72% / 77%)
  • une meilleure autonomie des collaborateurs (72%).

Mais, en contrepartie, les salariés voient leurs rythmes de travail s’accélérer et leur charge de travail s’alourdir. Au final, les collaborateurs comme les managers en tirent un bilan en demi-teinte : une expérience génératrice de stress (50% collaborateurs/ 55% managers) autant que de bien-être (53% / 57%), des processus parfois simplifiés mais une organisation qui peut s’avérer parfois plus complexe.

Une réinvention permanente, que les architectes des systèmes d’information doivent accompagner.

-> le baromètre digital Ifop / Julhiet Sterwen

-> Découvrir le Mastère Spécialisé Architecte Digital d’Entreprise de Télécom ParisTech

Etude « Baromètre Digital Workplace 2016, évolution ou révolution ? » par Julhiet Sterwen et l’Ifop, sur la base d’un panel de plus de 1301 participants, dont 660 managers dans des entreprises de 500 salariés et plus (échantillon représentatif selon la méthode des quotas de 1001 collaborateurs, dont 360 managers plus un suréchantillon de 300 managers).