Devenez Architecte digital d’entreprise grâce à l’alternance

Avec la transformation numérique des entreprises, le rôle de l’Architecte digital d’entreprise devient incontournable pour concevoir et mettre en place les nouveaux systèmes d’information. Outre des connaissances en architecture et en urbanisation, la compréhension des processus métiers dans les entreprises est indispensable. Une formation en alternance permet de combiner l’apprentissage théorique et l’expérience pratique nécessaires pour réussir dans ce nouveau métier.

Des centaines de postes d’Architecte digital d’entreprise sont à pourvoir dès aujourd’hui et le seront également dans les années qui viennent en France et en Europe, dans tous les secteurs économiques : de la finance à la construction, en passant par les télécommunications, l’informatique, l’automobile, l’aéronautique[1]  Mais encore faut-il avoir le bon bagage technique et, si possible, une première expérience professionnelle.

Le choix gagnant de l’alternance

Véritable passeport pour l’emploi, l’alternance permet d’acquérir une première expérience sur le terrain tout en se diplômant. Ce double cursus école/entreprise facilite ainsi l’accès au premier poste et les diplômés sont fréquemment embauchés en CDI par l’entreprise dans laquelle ils ont effectué leur alternance. Si ce n’est pas le cas, il faut savoir qu’à niveau de diplôme équivalent, la plupart des employeurs préfèrent embaucher un étudiant qui a obtenu son diplôme en alternance car il sera plus rapidement opérationnel [2]. Last but not least : l’alternance permet de financer sa formation, en partie ou en totalité.

Architecte digital d’entreprise : un métier qui s’apprend aussi sur le terrain

L’alternance est très adaptée pour se former au métier d’Architecte digital d’entreprise. Des savoirs techniques élaborés sont en effet indispensables : cloud computing, IHM, urbanisme, IMS, architectures orientées services, … mais ils deviennent d’autant plus efficaces si les objectifs managériaux et stratégiques sont, eux aussi, appréhendés. Et rien de tel que l’immersion en entreprise pour comprendre concrètement ces enjeux organisationnels. La combinaison de ce savoir théorique et de l’expérience terrain sont alors extrêmement appréciés par les employeurs pour de tels postes.

C’est pour répondre à ce besoin des employeurs pour des architectes digitaux d’entreprises non seulement à la pointe techniquement mais également immédiatement opérationnels que Télécom ParisTech a conçu le Mastère Spécialisé® Architecte Digital d’Entreprise. La formation se compose d’enseignements techniques de haut niveau (6 jours par mois pendant 9 mois) par des professionnels reconnus et des enseignants-chercheurs de cette prestigieuse Grande Ecole, suivis d’un stage de thèse professionnelle de 4 à 6 mois.

Se former tout en gagnant de l »expérience professionnelle

A la sortie, 90% des diplômés sont satisfaits du poste qu’ils occupent[3], le plus souvent comme architecte digital d’entreprise ou consultant en architecture d’entreprise dans une grande entreprise ou dans une société innovante, comme Orange, Luceor, Arismore, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information, Murex, Softeam, Alcatel-Lucent…

40 % des diplômés de la dernière promotion du Mastère Spécialisé® Architecte Digital d’Entreprise ont ainsi financé leurs études dans le cadre d’un contrat de professionnalisation3, comme Grégoire, diplômé en 2013, qui apprécie beaucoup d’avoir gagné sur les deux tableaux : « Avec le Mastère Spécialisé® Architecte Digital d’Entreprise en alternance, j’ai pu me former tout en gagnant un an d’expérience professionnelle. »

[1] Offres d’emploi – Architecte Digital d’Entreprise sur l’APEC, consulté le 20/03/2017.
[2]  L’insertion professionnelle des apprentis formés en Île-de-France : Enquête IPA 2014 – SAUVAGEOT Nicolas, MAUGIS  Sylvain, consulté le 20/03/2017.
[3] Enquête réalisée en ligne auprès des diplômés des quatre dernières promotions du Mastère Spécialisé® Architecte Digital d’Entreprise au cours des mois de juin et juillet 2016. Au total 58 personnes y ont répondu sur 64 interrogées, soit 89% de répondants.